15e année - N° 641 - Du 22 au 27 mai 2018
 

Newsletter

Iphone

L'agenda


C’est dans un climat de renouveau que le domaine Saint André de Figuière a fait bourgeonner les dernières « Vinofolies de L’étage ».

ACCORDS. À l’échauffement, en guise d’apéritif, la cuvée « Première » rosé 2012. Produite sur la bordure maritime, à base de mourvèdre, grenache et cinsault, cette cuvée se voulait aromatique et aguicheuse. Des notes fraîches de pamplemousse rose, une structure de bouche supportée par une agréable acidité qui nous permettait de rentrer dans la course, tout en aiguisant les appétits.
Pour la première étape, nous souhaitions bien évidemment prolonger le plaisir du rosé, en servant la cuvée « Confidentielle » 2012. AOP de La Londe pour cette cuvée, terroir de schistes, encépagement dominé par le mourvèdre et le grenache, associé à un petit complément de cinsault.  Nous étions là face à un adversaire plus sérieux, certes moins aguicheur mais bien réfléchi.  Assez discret, il dévoilait à l’aération et à une température de service moins basse aussi, des arômes de fruits rouges et d’épices. Nous retrouvions alors les notes d’agrumes et de fruits blancs. La complexité en bouche qu’apportent les schistes s’exprimait par une sensation de tanins fins, donnant amplitude, longueur et retour sur des notes poivrées et fruitées. C’est bien volontiers que nous lui offrions ce qu’il nous réclamait : un tartare d’avocat et asperges, gambas poêlées, vinaigrette d’agrumes au poivre Timut, ce poivre du Népal, une baie plus exactement, qui exprime un fruité à dominante pamplemousse et citron. Une véritable aubaine pour notre vin, qui s’est alors confondu, sans se noyer, dans cet univers de saveurs.
Pour suivre, nous maintenions la barre avec un blanc, cuvée « Première » 2012, composé de rolle à 95 % et complété par du sémillon. Une cuvée à l’aromatique intense, notamment des parfums de fruits blancs, de fleurs, avec une fraîcheur mentholée. Un volume et fraîcheur qui s’équilibraient harmonieusement, pour une finale assez tonique. Le chef lui dédia donc un plat sur une base de saumon pour confronter une chair grasse à un vin vif.  Plat qu’il accompagnât de melon pour rivaliser avec le fruité du vin, puis de fenouil en écho à la fraîcheur du menthol. Pour lui donner de la hauteur, un autre poivre entrait en compétition, cette fois-ci en provenance du Kerala, un des grands terroirs indiens pour les poivres (très) épicés. Utilisé dans un mélange doux-épicé, associé au sucre d’érable, à l’ail, au poivron et à la coriandre, il est venu magnifier ce suprême de saumon à la braise, Tatin de melon et fenouil.
Dans la découverte du domaine, nous  poursuivions notre chemin avec un vin rouge cuvée « Réserve » 2006 : mourvèdre et syrah élevés 12 mois en fûts de 300 litres. Un vin à l’évolution marquée par des parfums de zan, garrigue, fruits noirs (cerise) et cuir. La bouche laissait apparaître un vin longiligne à la matière tannique fine mais ferme. La finale restant fraîche, le plat se devait d’être « relevé » (épicé) et, pour soutenir les arômes du vin, un caractère carné (entrailles) était à préconiser. Notre candidat, prêt à relever le défi : un jarret de veau en tripière printanière, poivre sauvage de Madagascar et olives noires. Un compagnon de route musclé, suffisamment terrien pour cette cuvée, graissant les tanins, haut en saveur, tenant en longueur comme la fin de bouche du vin, avec cette touche poivrée, sauvage, terreuse et boisée en provenance directe du terroir de Madagascar…
Une épreuve au coude à coude, jusqu’à la ligne d’arrivée que nous franchissions avec la cuvée « Atmosphère ». Un vin effervescent élaboré avec le rosé « Première », en méthode champenoise, 15 mois sur lattes, non dosé, et donc extra brut. Fringante expression de fruits rouges frais soutenue par de jolies amertumes, une récompense toute saisonnière lui fût remise en ce gratin fraise et framboise, crème chiboust à l’hydromel. Une étoile filante qui allait emporter tous nos convives vers de jolis « songes d’une nuit de… » printemps !
Pascal Paulze

Prochaines Vinofolies le jeudi 30 mai avec le Château Simone. 3 plats, dessert, boissons comprises : 75€.

(photo Anne Wencelius)

Publié le 29 avril 2013


le balicco

Dernières actualités

Althoff hôtel Villa Belrose à Gassin. Une virée dans les régions italiennes

Après quelques retouches lors de la fermeture hivernale, la Villa Belrose a entamé sa 21e saison avec l'indispensable Robert-Jan Van Straaten à la direction et le même chef en cuisine, Pietro Volonté.

Bello visto à Gassin. Une rénovation bonifiante

Sylvain et Laurence Humbert ont profité de l'hiver pour embellir leur bar-hôtel-restaurant, idéalement placé en sentinelle à l'entrée du village sarrasin et offrant une idyllique terrasse avec une vue imprenable et panoramique sur le golfe de Saint-Tropez.

Le cœur des chefs. En immersion chez Christophe Bacquié

De très nombreux chefs de cuisine, producteurs, vignerons, ont répondu à l’invitation de Anne et Jean-Philippe Garabedian, à l’occasion de la parution du numéro 3 de leur magazine semestriel.

Spiaggetta dei Balzi Rossi à Vintimille. Poisson exquis par Relais & Châteaux

Deux fins connaisseurs et défenseurs des produits de la mer, Mauro Colagreco, chef du Mirazur à Menton et Hugo Roellinger, chef du Coquillage à Cancale, proposent, le 2 juin, un délicieux déjeuner autour du poisson.

Odyssey. Hôtel Métropole Monte-Carlo. Carme Ruscalleda, sept étoiles Michelin, prend ses quartiers d’été

Cet été, durant les dîners des mois de juillet et août, du mardi au samedi, la brigade de Carme Ruscalleda s’installera près de la piscine de l'hôtel 5 étoiles monégasque.

Coya Monte-Carlo. L'alliance d'une cuisine péruvienne contemporaine à une expérience culturelle

Monte-Carlo société des bains de mer annonce la première ouverture en Europe, après Londres, du très primé groupe de restaurants latino-américain.

Golden tulip Sophia Antipolis. Servé Vromen, nouveau chef

Après deux ans à la tête du restaurant Le Servan, le chef Mathias Vila cède sa place de chef cuisinier à Servé Vromen pour rejoindre le Golden Tulip Bordeaux Euratlantique.

La palme d'or - Hôtel Martinez à Cannes. Le dîner très exclusif du jury du festival international du cinéma

À l’occasion de la 71e édition, les membres du jury ont pu découvrir le lundi 7 mai, le menu imaginé par Christian Sinicropi, chef cinéphile 2 étoiles Michelin. Une création en référence à la filmographie de Cate Blanchett, présidente du jury 2018.

Bionazur à Nice. Les 20 ans d'un salon précurseur

En plein centre de Nice, 70 exposants passionnés viendront présenter leurs productions, produits et services : alimentation, vins, appareils ménagers pour cuisiner sain, cosmétiques, bijoux, vêtements, services...

École hôtelière d'Avignon. La photo, ça se déguste

Parmi les festivités organisées pour célébrer ses 50 ans, l’école hôtelière d’Avignon organise une exposition photos dont l’entrée est libre.

La maison du pâtissier des Bouches-du-Rhône. La légende du Colombier®

Comme chaque année, pour que la tradition perdure, les artisans de La maison des pâtissiers des Bouches-du-Rhône vont fabriquer ce succulent gâteau, spécialité emblématique de la création de Marseille, que vous trouverez chez votre pâtissier aux fêtes de la Pentecôte.

Fête des mères

Le champagne est le cadeau idéal pour faire pétiller de bonheur votre maman. Focus sur 9 bouteilles de bulles de plaisir à partager.

Disciples Escoffier international. L'actualité des délégations

L'actualité est très internationale cette semaine avec le premier chapitre pour le tout nouveau Pays Afrique du Sud et le chapitre de printemps, suivi d'un dîner d'Épicure au Pays Chine.

Le vin de la semaine. Franck et Olivier Mousset. Clos Saint Michel rouge

Le "grand vin" du Clos Saint Michel vient de remporter la médaille d'or au concours de la Saint Marc de Châteauneuf-du-Pape, une belle reconnaissance de ses pairs décernée par la fédération de l'appellation.

Château la Verrerie à Puget-sur-Durance. Nouvelle boutique

Château la Verrerie vous invite à venir découvrir sa toute nouvelle boutique et son espace de dégustation situé dans le domaine à Puget-sur-Durance.

Lazzaretti. Les pâtes artisanales et bio made in Provence

Depuis 1936, la marque Lazzaretti, basée à Entraigues-sur-la-Sorgue, à proximité d'Avignon, fabrique des pâtes selon des méthodes artisanales ancestrales. Le groupe familial Biovence développe la marque aujourd'hui.

Éditions de La Martinière. Peas&Love

Nous avons tous envie de transformer notre environnement urbain et de nous réapproprier notre alimentation : manger bon et sain, à partir de produits frais et locaux.

Éditions L'Harmattan. Penser l'art de la cuisine

Le discours philosophique et le discours gastronomique entre histoire, esthétique et politique.

Éditions L'Harmattan. L'origine fait-elle vendre le vin ?

Actes du colloque du 15 novembre 2014 à Ferrals-les-Corbières.

Éditions de La Martinière. Chocolat facile et gourmand

Si le chocolat a toujours eu une place privilégiée dans les livres de Sophie Dudemaine, elle ne lui avait jamais dédié un ouvrage entier.

Les éditions de l'homme. Desserts et gourmandises sans allergènes

Dans cet ouvrage, l'auteur nous apprend ses trucs et astuces pour faire à la maison, de la pâtisserie sans allergènes.

ABCDaire gourmand. Parcours de chefs

Dans son souci permanent d’évolution, l’email-gourmand, en partenariat avec Balicco, vient de mettre en ligne un abécédaire qui présente les chefs cuisiniers et pâtissiers, travaillant dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, reconnus pour leur professionnalisme, leur compétence, leur présence et leur notoriété.

em@il gourmand

Gérard et Michelle Bernar
Rédaction et photographies

19, avenue de la croix des gardes
06400 Cannes

(0)6 33 55 01 19

gerard.emailgourmand@gmail.com
La vraie charcuterie corse. Où la trouver ? comment distinguer les produits originaux ? Les efforts entrepris par les éleveurs semblent sur le point de porter leurs fruits : un AOC ne devrait plus tarder à apporter à la charcuterie corse son passeport pour les assiettes des gourmets. En savoir plus sur la vraie charcuterie corse